Une lettre (Nov.17)

Solange

Chère femme

Dis aux petits que je marche vers le front de la loterie majeure

Ils comprendront

Ne leur parle pas d’honneur

Ni de sol à défendre

Nos vingt-huit arpents nos trois vaches

Ne valent pas ma vie

Je m’ennuie tant de vous

Lorsqu’aux étoiles se mêlent les fusées éclairantes

Larmes suspendues sanglots au ciel de novembre

Je vois notre passé

Si je tire le gros lot (promis)

Nous irons piqueniquer là-haut

Soyez patients

Il viendra bien le temps de la guerre démodée

Elle dégoûte tellement

Avec ses bottes ses rats sa boue ses effluves folles

Dans cent ans je le jure ils auront nos crimes en horreur

Pour le bébé que tu attends

Attends

Ne l’accouche pas trop tôt

Ce monde ne le mérite pas encore

Quand il viendra (avec la paix)

Il sera le seul ange du temps de grâce très pure

En attendant

J’entends le claquement des culasses

Il est douteux que je t’embrasse un jour prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *