à la lettre grandi

il y eut des embellies
froissées du temps
ami

les ombelles avaient fui
poussées du vent
pari

de la graine à la pluie
passées en avant
d’ici

l’accord enfin initie
à l’encens l’enfant
qui luit

c’est ainsi que je grandis
toujours plus savant
sans bruit

l’air marginal bleuit
fouillis claquant
mes nuits

l’âge dépeuplé faillit
pressa mes ans
pâlis

il m’avait dit et redit
laisse pendant
l’avis

de ce temps contre ta vie
fixe-toi parlant
ami

je notai alors tous les cris
brossai d’allants
écrits

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *