J.S.Bach: cantate BWV 21 (Ich hatte viel Bekümmernis: j’étais débordant de peine)

Impossible de comprendre le texte qui suit sans écouter la cantate 21 de JS Bach: Sinfonia 1 et le début du choeur qui suit.

Go get Adobe Flash Player!

l’aube rase et mince glisse contre la nuit
c’est un hautbois où l’anche double est la bouche
de l’horizon
qui s’ouvre longuement descente et élévation
j’aime le pincement tranquille et terrestre
dont les échos s’élargissent sous l’ouvert des secondes
ce temps compté humble par les cordes
à peine effleurées par l’archet

et le hautbois reprend baroque moins pincé qu’un moderne
plus pataud c’est vrai mais une telle chaleur
mais si large
son chant d’affres tenus haut fièrement
j’admire contre les cordes de la visiteuse irrépressible
la grâce d’avancer sur le temps qui croît
la peine la peine ce souffle comme ma voix
demeurée vive et osons le mot: optimiste

le jour se lève on l’a compris
et la lumière à la pincée du hautbois abouché
donne la vie
naissance d’amour dans le temps et cet espace
que je vois s’ouvrir et s’ouvrir à la lente présence
hallucinée sous les violons dans le corps d’ébène résonnant
puis il faut tout laisser cher aveu
avant que le JE du souci surgisse

Ich… ich… ich… ich hatte viel Bekümmernis
(Je… je… je… j’étais débordant de peine)

7 réflexions au sujet de « J.S.Bach: cantate BWV 21 (Ich hatte viel Bekümmernis: j’étais débordant de peine) »

  1. Ce texte est une pure merveille !
    Juste un bémol (si j’ose dire) :
    Dommage qu’il n’y ait pas un petit lecteur sous le texte avec cette cantate.
    Bien à vous,

  2. son chant d’affres tenus haut fièrement
    j’admire contre les cordes de la visiteuse irrépressible
    la grâce d’avancer sur le temps qui croît
    la peine la peine ce souffle comme ma voix
    demeurée vive et osons le mot: optimiste

  3. Belle sensibilité pour cette musique de l’aube…rejoignant la parole de Musset sur le pélican… »les chants les plus désespérés sont les chants les plus beaux » …la tristesse ou plutôt la mélancolie en musique baroque sont toujours synonymes de la plus grande puissance d’évocation…le rythme cardiaque de la pulsation montre que la vie n’est vraiment là que lorsqu’elle est remise en question…le bonheur n’est pas le rire mais la joie et la joie a ce rythme là du coeur en repos qui ne bat que pour vivre….le calme lancinant du bonheur profond….

  4. Je vous remercie de vos heureuses paroles sur ma rêverie. J’ai choisi également cette cantate parce qu’elle est la plus longue de toutes et malgré sa composition faite de morceaux empruntés ici ou là, elle dégage curieusement une impression d’unité étonnante. Quoi qu’il en soit, merci encore.

  5. Merci d’un tel hommage! Votre regret s’est transformé en souhait et il faut remercier le nep d’avoir fait diligence pour mettre la musique qui va logiquement avec ce texte.

  6. bonjour
    je ne sais plus comment je suis arrivé sur cette page
    mais, quel bonheur !
    ce texte, cette musique (j’en ai recherché une version complète et la partition) …de pures merveilles
    merci

    eugénio populin

  7. Merci enniop de ces bonnes paroles… pas de plus grand bonheur que de faire partager sa joie d’écouter pareille musique !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *