rivière vaine

je vois sur la rivière
– frontière rouge sang –
des ombres innocentes
dont les casques roulent
follement follement
sur les berges tremblantes

j’y pêchais à la ligne
raccrochais mes hameçons
à ces ferrailles mortes
tandis que les poissons
se gardaient bien de mordre
glissant au long des algues mauves

c’était un pays pluvieux
aux ponts mille fois détruits
passage obligé des crapauds
raclant depuis la Germanie
qui tirèrent à boulets rouges
misère sur nos maisons

nous y avions rangé
en toute piété molle
nos habitudes nos gestes
pesant le pain et le vin
à l’aune de nos vies
qui gisaient en déveine

tu aurais dû faire un geste
pour protéger les eaux les ponts
le temps – on ne vit qu’une fois –
générations bousculées
hantises surajoutées
à la terreur de vivre

mais le clocher s’est tu
le prêtre a béni les ruines
avec l’eau rouge de l’Aisne
et plus personne n’a cru
au temps d’espoir possible
que le flot charrierait des pépites

les orpailleurs ont remisé
le tamis au rencart
il n’y aura plus d’ocre
dans le courant tourbillonnant
accroche-nous du bleu
au ciel et des passions

saules amis chantez-nous
le futur de vos feuilles d’argent
donnez l’oubli à nos suivants
donnez de vos branches douces
des airs secs de xylophones
pour que la terre repose enfin

cette musique des os
vaudra toujours mieux
que celle dégoulinante
de l’orphéon grossier
dont je fus au pas l’instrument
déguisé en militaire

au temps des guitares mouillées
je soufflais ne vous déplaise
par les rues mortes des airs
d’autrefois marches de quatorze
piteuse marseillaise et Madelon
dont nous effleurions en rêve le jupon

et l’atroce sonnerie aux morts
régulièrement cafouilleuse

4 réflexions au sujet de « rivière vaine »

  1. Est-ce le pont de chemin de fer qu’on observe de Rethel Bains ?
    Le pont duquel se jetaient mes téméraires amis et encore ceux de mon père.
    Ou bien est-ce un pont tout autre et tellement le même ?

  2. Je crois bien que vous avez deviné l’endroit photographié… Je n’en suis pas sûr à cent pour cent, mais il semble bien que vous ayez raison.

  3. @Lys: l’ange est là, même s’il n’est pas nommé ni évoqué directement par les mots. Il couve sous la forme, rassurez-vous et reviendra plus souriant que jamais.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *