aujourd’hui

 

 

j’inaugure des chants très anciens

que la veille répète

au fond du lit

contes pour enfants

histoires sans fins

où l’ange vient retenir le vivace

instant de fête

esquisse de feu

l’ange me sourit

main droite franche

je me noie dans tes boucles sombres

le lissé du visage

où le regard s’attarde

et tout est joué

le jour a vécu

qu’avons-nous encore à murmurer

le présent et le bel

aujourd’hui n’est-ce pas

l’enfance jamais vue

que nous rejouons

dans la frêle cahutte des mercis versifiés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *